1974 – Arnaud Codeville

1974 Codeville

À Sebourg, petit village du Nord de la France, c’est l’effervescence. Les pompiers mettent le feu au 16 de la rue Jean Jaurès. La plupart des habitants se massent pour admirer le spectacle. Tous redoutent la vieille demeure et tous se réjouissent de la voir disparaître à jamais du paysage et pour cause : elle serait hantée… 
Parmi la foule de curieux, un homme assiste à l’incendie. Il est sans doute le seul à être aussi fasciné par l’agonie de la bâtisse… 

Pour rien au monde, il n’aurait raté ce moment.

Dans le genre polar horrifique, c’est réussi. Bien sûr il y a quelques clichés dont celui du flic au bord dépressif et pas loin de se faire virer. Ceci dit, le personnage de Joël est attachant car il ne lâche pas le morceau. Il nous entraîne dans un roman très rythmé ou les scènes spectaculaires et bien glauques se suivent avec moult rebondissements y compris un voyage dans le passé. A certains moments, on peut se demander si Arnaud Codeville n’en fait pas trop ? Mais non,  ça passe et les 540 pages défilent vite avec un style d’écriture impeccable .

A ranger dans la même famille que King ou Masterton. C’est un auteur qu’on m’avait conseillé lors d’un salon et je regrette pas d’être passé à son stand. Une belle découverte.

A noter qu’Arnaud Codeville est auto-édité et qu’il passera sûrement un de ces jours dans un salon, près de chez vous !

ISBN : 295529912X

Brève de taverne 111

Taverne

Monsieur le comte de Valombreuse est plongé dans son Bélianthe Matin tandis que la comtesse est concentrée sur son point de croix. La comtesse demande :

-Dites, mon cher, je ne me souviens pas. Avons-nous des relations sexuelles ?

– Bien sûr, chère amie, répond le comte.

La comtesse retourne a son ouvrage et le comte se replonge dans sa lecture. Le silence dure un bon moment ponctué par le tic-tac d’une pendule.

Au bout d’un moment la comtesse dit :

– Il faudrait les inviter plus souvent.

Danse Macabre – Frédéric Czilinder

Danse Macabre

Hé oui, pour ceux qui ont lu « Wake The Dead » , on va retourner à Deep Harbor… mais avec une histoire complètement différente. Déjà, ça se passe des années après ; les deux survivants ont eu eu une fille : Joanna Longwood. Le roman laisse une grande part aux rapports mère-fille avec un père absent et une ado qui rue dans les brancards. Frédéric Czilinder n’oublie pas les scènes au lycée avec le neu-neu costaud et la pimbêche colérique et insupportable. A nouveau, il s’empare des clichés des teen movies et joue avec pour notre plus grand bonheur.

Pendant ce temps là, un réalisateur autoritaire et pervers commence le tournage, à Deep Harbor, d’un film sur ce qui c’est passé dans Wake the Dead ! Une mise abyme réjouissante.

Tout ça placé dans un mixer avec les rares habitants qui tentent d’oublier le passé, un flic assez naze plus quelques surprises que je préfère ne pas révéler, font un mélange qui explose dans une fin spectaculaire et jouissive.

Une fois encore, le style direct, fluide et imagé de l’auteur apportent de la fraîcheur à ce roman. On se qu’il est à l’aise dans ses baskets et qu’il en profite pour distiller quelques clins d’œils aux amateurs des classiques de l’horreur.

Je précise que Danse Macabre peut se lire indépendamment du premier et qu’à la toute fin, comme dans les scènes cachées de Marvel, Fréderic Czilinder annonce une troisième et un quatrième volume ! Ça, c’est une bonne nouvelle ! Surtout si les couvertures de Michel Borderie sont aussi réussies !

Auteur : Frédéric Czilinder

Editeur : Armada

Illustrations : Michel Borderie

ISBN : 9791097396015

Pages : 365

Prix : 18 €

Dark Plagueis- James Luceno

Dark Plagueis

Les fans de Star Wars connaissent tous la fameuse scène , dans l’épisode III, ou Palplatine raconte à Anakin, l’histoire d’un maître Sith qui à découvert comment prolonger la vie et puis qui s’est fait tuer par son apprenti. A la vision du film, les spectateurs se sont posés des tonnes de questions et ce roman magistral y répond en détail.

On remonte bien en arrière pour arriver au moment ou Darth Plagueis alias Hego Damask devient le Maitre Sith. On suit son ascension, son plan secret et machiavélique pour arriver au pouvoir avec l’aide de son apprenti : Sidious.

C’est un roman plus SF politique que Space Opera tant les intrigues sont complexes et exploitent tout l’univers SW. Quelques scènes d’action spectaculaires jalonnent le récit parce qu’il est évident que la prise de pouvoir des Sith ne se fait pas uniquement dans la dentelle.

Dans la seconde partie, plus on se rapproche de l’époque de l’épisode I, plus l’auteur s’attache à Sidious et à sa manière de louvoyer avec brio dans toutes les sphères du pouvoir. On comprend mieux ses motivations et on regarde les films d’un œil neuf.

C’est remarquablement écrit et parfaitement construit et malgré la complexité de la conspiration et les nombreux personnages, on ne s’ennuie pas. Je tire mon chapeau à James Luceno qui est un habitué des livres de la franchise. Dark Plagueis est un roman que tout fan de SW se doit de lire !

Auteur:  James Luceno

Traducteurs :Axelle Demoulin & Nicolas Ancion

Éditeur : Pocket

ISBN : 2266228072

Prix: 9.40 €

 

Royaume de vent et de colères – Jean-Laurent Del Socorro

Royaume de vent et de colère

Ce court roman nous plonge dans l’Histoire de France à un moment ou tout bascule ; la guerre de religion, initiée par Henri IV , se termine dans un bain de sang.Jean-Laurent Del Socorro trouve un équilibre entre trois points forts :

Un contexte historique peu connu et bien documenté qui nous immerge dans une ambiance électrique crée par l’imminence de la catastrophe .

Des personnages forts qui nous racontent tour à tour leur histoire à la première personne. Le lecteur est vite happé et Axelle, Gabriel, Victoire et Armand deviennent vite des compagnons de route. Les personnages féminins , c’est à noter, ne sont pas des cruches bien roulées mais tiennent leur rôle et portent leur lourd passé avec bravoure, intelligence et passion. Le roman est rythmé mais le contexte est présent grâce à quelques flash-back idéalement placés qui nous éclairent sur le passé de chacun. En second plan, il y a le mystérieux Silas qui va se dévoiler au fur et à mesure et nous surprendre à plusieurs reprises.

Un style vif et dépouillé qui colle parfaitement à l’urgence de la situation. Les chapitres sont courts et, du coup, on s’en « lit encore un pour la route ». La fantasy s’y fait discrète (un peu de magie) et ce n’est pas plus mal.

C’est un premier roman bien construit et très réussit qui à reçu le prix Elbakin en 2015.

Éditeur : J’ai Lu

Pages : 275

ISBN : 2290137928
Prix : 6.70 €

Brève de taverne 110

Taverne

Sur le front, c’est la nuit. Les attaques se succèdent, les cadavres jonchent le sol.
Une boule de feu vient d’atterrir près du soldat Casquinet, envoyant en l’air des tripes et des morceaux de membres sanglants.
Pris de panique, Casquinet s’enfuit. Il court, court, puis soudain, dans l’obscurité la plus totale, il heurte un gradé, campé fièrement sur ses deux jambes.
– Pardon, mon lieutenant ! s’exclame Casquinet.
– Je ne suis pas lieutenant, soldat !
– Excusez moi, mon commandant, bafouille le soldat.
– Je ne suis pas commandant, je suis général !
– Ah, dit Casquinet, je suis déjà si loin du front ?

 

Lithaniennes 2018 – le débrief

Lithaniennes 2018

Ce fut un week-end vraiment sympa , les organisateurs avaient tout fait pour. Le cadre, tout d’abord, le château de Varzy, est magnifique. Les animations nombreuses permettaient aux visiteurs de ne pas s’ennuyer.

   L’équipe de L’ivre-Book a été bien accueillie et je retiens en premier lieu le banquet médiéval du samedi soir avec son spectacle de magie, une jolie chorégraphie de Céline Guillaume, un jeu, le  Loup Garou de Thiercelieux avec pas moins de 120 personnes !    Banquet qui s’est conclu en beauté avec l’intervention d’un conteur qui a mis une sacrée ambiance !

Tout était parfait. Le hic c’est que la météo s’est mise dans la partie avec des températures caniculaires. La conséquence en fut que les visiteurs furent rares, les autres étant resté au frais, chez eux. Sous le barnum du salon du livre c’était la fournaise. Malgré tout, chacun à fait bonne figure et nous sommes restés jusqu’au bout.

Même si je n’ai pas vendu beaucoup de Zordar, le bilan reste positif. J’ai fait de jolies rencontres, découvert d’autres écrivains talentueux et j’ai pris du plaisir à retrouver les copains de chez L’ivre-Book qui, malgré la chaleur, ont gardé leur bonne humeur.

Pour l’anecdote, j’ai vendu un livre à mon sympathique passager Blabla Car au retour.Comme quoi, il ne faut pas désespérer.

 

Merci à toute l’équipe des Lithaniennes  !