Brève de taverne 80

Taverne

Lothun , le patron de la taverne Le Castor Boyau qui, pour recruter une serveuse, décide de poser la même question à 2 candidates
– Que faites vous si vous trouvez une bourse pleine d’or par terre ?
La première :
– Je mets une affiche devant l’auberge et je fais le tour de mes collègues pour retrouver celle ou celui qui l’a perdu.
La deuxième :
– Je la range dans mon tiroir. Si au bout d’un an personne ne la demande, je la garde.
A votre avis, laquelle sera embauchée ?

… Celle qui a les gros seins.

Diomède Alpha – Olivier Deparis

diomedealpha

C’est ce qu’on appelle un « super soldat ». La science l’ a porté au plus haut niveau de compétence dans tous les domaines aussi bien physiques que psychiques. Dennis Trenton est donc envoyé sur différentes planètes pour les missions les plus difficiles. Son atout majeur est de pouvoir lire les pensées de ses cibles et même d’influencer leurs actions.

Il va obéir à ses chefs, les Sages, sans rechigner jusqu’au jour ou une rencontre va semer le doute dans son esprit : serait-il manipulé ? les Sages mentiraient-ils ?

Dennis, alias le Diomède Alpha, va alors partir en quête de la vérité.

C’est un personnage fascinant que nous propose Olivier Deparis. Il le symbole de la perfection guerrière capable d’éliminer tous ses adversaires aussi bien au combat que par la ruse et ses capacités psy. Pourtant, il va douter et on va suivre avec grand intérêt son cheminement.  ainsi que celui de son mentor l’amiral Josh Keil. Ce n’est pas pour autant que ce roman est uniquement introspectif, bien au contraire ! Les scènes de combat sont spectaculaires et bien construites. Ce Captain America du futur ne réussit pas ses missions finger in the nose, il est souvent pas loin d’y rester. L’intrigue amène son lot de surprises et l’auteur la maîtrise très bien avec un style est précis et efficace

Avec ce roman et après Mainmise sur Jakobar,  Olivier Deparis confirme qu’il est une voix qui compte dans la SF francophone.

Éditeur : Armada
ISBN : 9791090931879
Illustration: Michel Borderie
Pages : 210